Controle parentale : comment protéger son enfant du suicide ?

La plus grande peur d’un parent, c’est de perdre son enfant. Malheureusement, cette tragédie devient réalité plus souvent qu’on ne le pense et qu’elle ne devrait.

Le responsable ? Le suicide ! La solution ? Il n’y en pas pas vraiment mais un controle parentale plus adapté permet d’identifier certains signes d’alerte.

C’est aux parents de prendre les mesures nécessaires pour protéger leurs enfants. Il s’agit à tous prix de les empêcher de prendre cette décision, leur dernière décision. Un logiciel espion pour mettre en place un controle parentale efficace peut sauver la vie de votre enfant !

D’après l’Association Américaine de suicidologie, les taux de suicides aux Etats-Unis sont plus élevés qu’il y a 30 ans. Il y aurait même 3 fois plus d’adolescents morts par suicide qu’il y a 60 ans.

Une telle épidémie ne peut plus être ignorée. Il est donc temps de prendre des mesures adéquates pour protéger nos jeunes et limiter l’influence des médias ou des réseaux sociaux.

Des défis aussi absurdes que « le défi de la baleine bleue » ou « The blue whale challenge » se diffuse en effet via ces moyens de communication connectés.

Voici 4 étapes qui permettent de prévenir le suicide chez les jeunes.

high contrast image of a hangman's noose

 Reconnaître les signaux d’alerte

Il n’existe pas d’indicateur clé du suicide. Cependant certains signes peuvent tout de même attirer l’attention des parents, la famille, les amis.

Parmi ces indices, on peut par exemple citer : sautes d’humeur, retrait des situations sociales, habitudes de sommeil instable, consommation de drogues et/ou d’alcool, mauvaise estime de soi, sensation de solitude, etc.

Bien évidemment et dans une certaine mesure, toutes ces attitudes sont propres de l’adolescence. On connaît ainsi les émotifs, les asociaux, les rebelles, ceux qui ne veulent rien faire en famille, etc.

Mais justement, c’est pourquoi il faut être particulièrement vigilent. D’autant plus que leurs appels à l’aide ne sont pas souvent très élevés.

N’oubliez pas que pour un ado, c’est particulièrement difficile de partager ses sentiments avec ses patents. Et plus encore ce genre de sentiments ou d’interrogations. Un logiciel espion comme Mspy, Flexispy ou Highster Mobile peut donc devenir vos yeux et vos oreilles.

Ce genre de logiciel va vous permettre la mise en place d’un controle parentale sur mesure. Vous pourrez ainsi surveiller ce qu’il fait sur internet, accéder à ses messages sur les réseaux sociaux, consulter ses textos, le journal d’appel pour savoir ce qui se dit et avec qui.

Vous pourrez ainsi vous rendre compte si tout va bien ou si à l’inverse votre enfant a besoin d’un coup de main.

Prenez conscience du monde qui vous entoure : éduquez-vous !

En tant que parents, par définition, nous ne sommes pas en mesure de comprendre complètement ce que vivent nos enfants.

Nous pouvons cependant apprendre à mieux comprendre le monde qui nous entoure et que nous partageons. Nous pouvons apprendre à identifier les facteurs qui l’influencent.

Médias sociaux et défi de « la baleine bleue »

Comme mentionné brièvement plus haut, le défi de la baleine bleue est un « jeu » en ligne arrivé de Russie et diffusé sur les médias sociaux.

Il s’adresse aux jeunes et les plus « faibles » peuvent se laisser convaincre… Le jeune va ainsi accomplir différentes tâches pour finalement se suicider ! Aussi incroyable que vrai.

Ce jeu morbide serait à l’origine de plus de 130 suicides en Russie, 2 aux Etats-Unis et déjà au moins une tentative de pendaison en France !

Il ne s’agit nullement d’une blague et la vigilance est donc de mise. L’Education Nationale mais aussi et surtout les parents doivent par conséquent être particulièrement attentifs.

Là encore installer un logiciel de controle parentale sur le smartphone de votre enfant peut s’avérer fort judicieux. Vous pouvez par exemple recevoir une notification si le mot clé « baleine bleue » est rédigé, entré dans un moteur de recherche, etc.

drugs bottle , pills , hand ,dead

Le suicide : un phénomène contagieux

Tout comme nous, cela doit vous surprendre, mais c’est bien vrai. Une récente étude vient en effet de démontrer que le suicide serait en quelque sorte « contagieux ».

L’exposition au suicide est aujourd’hui omniprésente et se produit bien au delà du cercle familial.

Contagieux parce que les personnes qui sont exposées au suicide (de manière directe par la famille ou un ami ou indirecte via les réseaux sociaux par exemple) sont plu exposées à avoir des pensées suicidaires.

Dans un récent article publié dans Newsweek, on peut ainsi lire les résultats d’une recherche sur le suicide.

On apprend ainsi qu’aujourd’hui, au moins 135 personnes seraient affectées par un suicide, dont un tiers seraient gravement touchées. Par le passé, seulement 6 personnes en moyenne étaient concernées par un tel fait.

Les progrès technologiques, l’omniprésence des médias et des réseaux sociaux y sont pour beaucoup.

D’après la docteur Christine Moutier, médecin chef de l ‘Association Américaine de prévention du suicide, l’attention accaparée par le défunt peut leurs donner envie de cette « mort romantique ».

D’autres facteurs de risques peuvent bien évidemment influencer le passage à l’acte : dépression, antécédents de suicide dans la famille, perte émotionnelle ou financière, abus et autres traumatismes passés, etc.

 Entamer une conversation

Comme vous avez désormais conscience des indices à rechercher, que vous connaissez un peu plus les facteurs de risques qui peuvent pousser à une mort par suicide, vous êtes plus disposé à parler de ce thème avec votre enfant.

Certains experts estiment qu’il est préférable de ne pas parler du suicide, car cette discussion pourrait les inciter à rechercher plus d’informations sur le sujet.

Cependant comme on l’a vu, ce thème est devenu omniprésent aujourd’hui… Donc les adolescents en ont forcément entendu parler d’une manière ou d’une autre.

Et d’autres experts estiment à l’inverse qu’il est donc préférable d’avoir une discussion ouverte sur le sujet.

Que vous décidiez d’en parler ou non, vous devez savoir que dans tous les cas, vos paroles et votre intérêt pour votre enfant peuvent faire la différence au moment où ils vont prendre une décision…

Utiliser un logiciel de surveillance

Enfants et adolescents ne souhaitent pas toujours parler avec leurs parents. Les parents quant à eux ne savent pas toujours comment s’y prendre. Comment aborder de tels sujets ?

Alors pourquoi ne pas utiliser un logiciel espion comme Mspy, Flexispy ou Highster Mobile ? Un tel controle parentale peut être une couche de sécurité supplémentaire lorsque vous avez envie de savoir.

Ça peut vous permettre de faire de temps en temps un check-in de la situation. Si tout va bien, vous voilà rassuré. Et si malheureusement ce n’est pas le cas, vous pourrez intervenir suffisamment tôt.

Agissez, aujourd’hui !

Aujourd’hui nous vivons dans un monde connecté. Un monde où paradoxalement nous perdons parfois le contact avec nos êtres les plus proches et où l’on peut se connecter avec des inconnus.

Un monde où des personnes que nous n’avons jamais rencontrées peuvent nous inciter à faire la plus grande erreur de notre vie.

Pour les parents la situation n’est pas toujours facile à gérer… Ne pas être trop intrusif et trop curieux au risque de voir ses enfants se refermer.

Ne pas être complètement déconnecté au point de perdre le contact avec leur réalité. L’équilibre est parfois dur à trouver et à maintenir.

Cependant, si vous ne souhaitez pas vous réveiller un matin, puis tous les autres matins de votre vie, avec un enfant mort suicidé alors que vous auriez pu l’éviter, installez un logiciel espion pour un controle parentale vraiment pertinent. Vous pourrez ainsi respecter sa vie privée tout en vous assurant que tout va bien !