Cyberharcèlement : 8 signes qui doivent attirer votre attention

Sujet encore tabou et peu médiatisé, le cyberharcèlement est pourtant une réalité qui fait de plus en plus de victimes. Les parents n’ont souvent pas conscience de la réalité virtuelle et de ses enjeux pour les jeunes d’aujourd’hui.

Saviez-vous par exemple que 40 % des adolescents déclarent avoir déjà été cyberharcelés ? Et que seulement 20 % de ce genre de faits sont dénoncés aux autorités… Pire encore : saviez-vous que 20 % des enfants victimes de cyberharcèlement ont des pensées suicidaires ? La plupart des parents l’ignorent.

C’est un drame car le taux de suicide chez les 10 / 14 ans a bondi de 50 % en trente ans.

Parents, il est plus que temps d’ouvrir les yeux et les bons ! Il est plus que temps de savoir ce que font les êtres que vous aimez le plus sur le net !

Le cyberharcèlement peut se caractériser par une moquerie, une intimidation, un mauvais traitement à répétition à l’aide d’un téléphone portable ou d’autres dispositifs connectés. Cette pratique est une épidémie qui ne cesse de croître…

Quand on sait que 69 % des ado ont leur propre smartphone et/ou ordinateur et se connectent aux réseaux sociaux, ce n’est pas vraiment étonnant.

Ce genre de sites n’ont pas que des bons côtés. Parallèlement, les comportements suicidaires, la dépression et le mal-être sont en constante augmentation également.

En comprenant un peu mieux ce qu’est le cyberharcèlement et en pouvant l’identifier précocement, les parents et la société en générale peuvent travailler activement pour faire diminuer l’intimidation en ligne. Autant d’actions qui peuvent permettre à nos enfants de vivre la vie qu’ils méritent.

Afin de vous aider dans cette démarche et protéger vos enfants, voici 8 signes qui doivent attirer votre attention.

Changements dans la manière d’utiliser leur smartphone, leur ordinateur : en tant que parents vous savez (ou devriez savoir) comment votre enfant utilise ces dispositifs connectés. Combien d’entre vous n’ont pas dû restreindre les heures passées derrière un écran ?

Teenage Girl Victim Of Bullying By Text Messaging

Par conséquent, si vous trouvez votre enfant en train de lire son livre de physique-chimie alors que d’habitude il discute sur son réseau social favori, il y a quelque chose qui cloche. Ça peut être un signal que quelque chose ne tourne pas rond.

Les changements dans l’utilisation de son téléphone ou autre peuvent en effet indiquer que votre enfant est victime de cyberharcèlement.

Ils utilisent moins ces technologies simplement parce qu’ils ont peur de ce qu’ils peuvent y voir. Parce qu’ils sont fatigués de devoir se défendre contre leurs pairs.

Si vous remarquez un changement de ce genre, n’hésitez surtout pas à en parler, à demander si tout va bien.

Anxiété à la réception d’un SMS, d’un mail, d’une alerte chat : si votre enfant saute de joie et se précipite sur son téléphone lorsqu’il reçoit un message instantané, ça ne vous enchante pas forcément mais dans un sens vous pouvez vous réjouir car visiblement tout va bien.

Par contre si vous remarquez des signes d’anxiété, un sursaut lorsqu’une de ces alertes retentis, il y a de quoi s’inquiéter. A plus forte raison si avant, comme tout adolescent, il ne pouvait s'empêcher de lire ce qui était écrit…

Secret total vis-à-vis de leur activité en ligne : s’il est vrai que les ados ne partagent pas souvent leur vie privée avec leurs parents de manière générale, ces mêmes parents reconnaissent que leurs enfants ne peuvent pas résister à la tentation de raconter un potin ou l’une de leur découverte (objet, vêtement, etc) faite sur la toile.

Par conséquent, si à chaque fois que vous vous approchez de votre enfant lorsqu’il surfe sur la toile et qu’il ferme rapidement l’écran de son ordinateur portable ou le site qu’il visitait, c’est qu’il a certainement quelque chose à cacher.

Peut-être rencontre t-il quelques problèmes en ligne. Peut-être qu’il regarde du contenu inapproprié… ? Mettre en place un contrôle parental approprié peut s’avérer fort utile.

C’est très important que vos enfants comprennent que tout en respectant leur vie privée vous souhaitez également veiller sur leur bien-être.

Que c’est votre droit et votre devoir de parents de savoir ce qu’ils font sur la toile. Et que vous allez donc contrôler leur activité sur le web de temps à autre.

Changements d’humeur : les émotions dominent pratiquement toutes les actions des enfants et des adolescents. Cependant, des changements d’humeur trop brusques et trop fréquents doivent vous alerter.

Plus encore des états dépressifs. Des périodes prolongées de tristesse, d’isolement, de solitude. Tous ces états émotionnels sont autant d’indices qui démontrent que quelque chose ne va pas.

Faites votre possible pour ne pas alimenter l’émotif, le mal-être et agissez. En installant un logiciel espion comme Mspy, Flexispy ou Highster Mobile par exemple, vous pourrez savoir aisément ce qui se passe réellement dans la vie de votre enfant.

Vous pourrez consulter ses SMS accéder à ses comptes Facebook et autres. Si votre enfant est victime de cyberharcèlement, plus tôt vous identifierez le problème, mieux ça sera !

Retrait des activités sociales : de manière générale les enfants et les adolescents sont très sociaux.

Par conséquent, si leur vie sociale, leurs activités habituelles diminuent puis sont en veille, c’est que là encore quelque chose ne va pas ! Il ne veut plus se rencontrer avec ses amis, rechigne à aller à l’école, à ses activités extrascolaires… Vous devez savoir ce qui se passe, au plus vite !

C’est aussi vrai que les enfants sont souvent un peu paresseux. Mais manquer leur partie de football, un anniversaire, la fête de l’école où il s’est éclaté l’année dernière indique sans aucun doute un problème.

Peut-être craint-il de rencontrer certaines personnes ? Peut-être qu’il a peur que son cyberharceleur l’intimide dans la vie réelle… ce qui serait bien pire que de ne pas aller à son activité préférée.

Mauvaise performance à l’école : des résultats scolaires qui déclinent peuvent être un fort indicateur que quelque chose ne tourne pas rond chez un enfant voire un adolescent.

Tous les parents soulignent l’importance d’avoir de bons résultats scolaires et de bien faire ses devoirs. Par conséquent si vous constatez que vote fils n’obtient plus de bons résultats, que votre fille ne fait plus ses devoirs à la maison, c’est que quelques chose ne va pas.

Ne plus s’occuper de l’école ou ne plus travailler volontairement sont souvent des appels à l’aide. Ils cherchent à attirer votre attention.

Avec des taux de suicide chez les jeunes qui ne cessent d’augmenter, vous devez être particulièrement vigilant à toutes sortes d’indices qui peuvent démonter la détresse de votre enfant.

Dans ces cas-là, il ne faut bien évidemment pas hésiter à mener son enquête. Si vous pouvez identifier la nature du problème et plus encore y mettre fin -notamment s’il s’agit de cyberharcèlement- vous allez pouvoir redonner à votre enfant l’envie d’aller de l’avant.

Blocage de certains comptes de réseaux sociaux ou d’adresse mail : vous ne savez peut-être pas avec qui communique votre enfant sur internet.

Un logiciel espion peut vous permettre d’y voir plus clair. Ainsi si votre fils ou votre fille commence à bloquer ceux qui auparavant étaient des amis ou des camarades de classes sur leur comptes, cela peut signifier qu’il est victime de cyberharcèlement par ses pairs.

Des logiciels comme Mspy, Flexispy ou Highster Mobile peuvent vous permettre d’aborder certains problème en ligne comme l’éligibilité par exemple.

Cyber Bullying Online Bullying Victim

Votre enfant sera sans aucun doute contrarié de vous voir intervenir. Mais lorsqu’il se rendra compte que votre intervention est respectueuse et a été utile, il vous remerciera.

Suppression de comptes : aujourd’hui les réseaux sociaux comme Facebook, Instagram, Snapchat sont les méthodes de communication les plus communes chez les enfants et les ados.

C’est grâce à ces médias qu’ils savent ce qui se passe dans leur entourage. Grâce à ces sites qu’ils sont au courant des derniers potins. C’est sur ce genre de sites qu’ils s’expriment et forment petit à petit leur identité.

Par conséquent, si votre enfant supprime subitement un compte, c’est qu’encore une fois, quelque chose ne va pas. Quelqu’un les fait se sentir mal à l’aise ou est perçu comme dangereux sur internet.

Vous ne devez surtout pas hésiter à demander pourquoi. Cherchez à savoir ce qu’il se passe. Ils ne vont peut-être pas vous répondre tout de suite, c’est vrai.

Mais vos enfants vont alors savoir que vous êtes là, et c’est ce dont ils ont le plus besoin… C’est ce qui va également les motiver à vous parler par la suite.

Aujourd’hui le cyberharcèlement est un véritable problème de société. Il affecte les enfants et les enfants bien sûr mais aussi dans bien des cas les adultes.

C’est aux parents de prendre ce problème en charge, de contacter les amis. Connaître les signes du cyberharcèlement afin de mieux le combattre est capital pour sauver la vie de nombreux jeunes.

Alors surtout n’ayez pas peur d’intervenir. N’ayez pas peur de poser des questions. Et n’ayez pas peur de demander de l’aide lorsque votre enfant ne s’ouvre pas.

Ce thème est particulièrement difficile et houleux à aborder, il faut savoir le traiter en douceur. Des outils comme Mspy, Flexispy ou Highster Mobile vous permettent de savoir en toute discrétion ce qui se passe vraiment.

Si ce sont des peurs infondées, vous voilà tranquille. Mais par contre, s’il y a vraiment danger, vous avez la possibilité d’intervenir. L’ère du numérique n’est pas toujours facile à aborder…