Cyberharcèlement : comment y faire face et s’en protéger ?

Avec un temps énorme passé sur internet et en constante augmentation, il est extrêmement facile aujourd’hui de se faire surveiller, traquer par un autre internaute.

Le cyberharcèlement est en effet une bien triste réalité de notre société moderne. Nous allons voir dans cet article comment l’identifier, l'empêcher et ce que vous devez faire si vous constatez que vous en êtes victime.

Le cyberharcèlement, c’est quoi ?

Dans le monde réel, le harcèlement peut se définir comme une conduite qui vise par des paroles, des gestes, des comportements à dégrader la vie de la victime.

Il existe différents types de harcèlement : moral, physique, au travail, etc. Par exemple le harcèlement physique peut se traduire par une forme de suivi, une surveillance, des approches et contacts inattendus avec la victime.

Passons maintenant au cas du cyberharcèlement. Dans le monde virtuel, le cyber harceleur va être guidé par la même intention : embarrasser, mettre mal à l’aise, menacer sa victime.

La différence principale c’est que pour arriver à ses fins, le cyber harceleur va utiliser les nouvelles technologies.

E-mail, réseaux sociaux, messageries instantanées, informations personnelles…Tout pourra être utilisé par le cyber harceleur pour prendre contact avec sa victime.

Il ne faut bien évidemment pas confondre cyberharcèlement et curiosité… Regardez le profil Facebook de votre nouveau collègue ou suivre son activité sur les réseaux sociaux n’a rien de mal en soi.

Le cyberharcèlement implique en effet une intention malveillante. Par exemple des fausses accusations, des intimidations, des diffamations avec dans certains cas une incitation au cyberharcèlement.

Hacker attacking internet

Le cyberharcèlement et les lois ? 

Etant donné que le cyberharcèlement est une forme d’agression émotionnelle, les lois relatives au harcèlement et aux diffamations s’appliquent généralement aux communications et prises de contact électroniques et virtuelles.

Cela dit, les cas sont souvent problématiques car les confrontations dans le monde virtuel sont souvent différentes de celles du monde réel.

La situation juridique diverge donc d’un pays à l’autre avec des lois anciennes qui s’adaptent à ces nouveaux cas ou une nouvelle législation pour répondre au cyberharcèlement.

Ces nouvelles lois peuvent encore être améliorées mais elles ont au moins le mérite de considérer le cyberharcèlement comme un crime à part entière.

Exemples de cyberharcèlement 

 Le catfishing

Le catfishing est une pratique de cyberharcèlement qui se présente sur les réseaux sociaux comme Facebook. Le cyber harceleur va alors créer de faux profils d’utilisateurs.

Il va se faire passer pour un autre afin de pouvoir approcher sa victime. Il se fera passer pour un ami d’un ami, exprimera un intérêt romantique, etc.

Pour ressembler encore plus à une personne réelle les cyber harceleurs n’hésitent pas à copier le profils d’utilisateurs déjà existants. Ils usurpent alors leur identité.

Si vous pensez être victime de catfishing, voici quelques conseils qui peuvent vous permettre d’identifier un faux utilisateur.

  •  Vous pouvez par exemple jeter un œil dans la liste d’amis, les catfisher ont rarement plus de 100 amis.
  • Vous pouvez copier la photo de profil et lancer une recherche inversée sur Google. Si plusieurs profils apparaissent, il s’agit certainement d’un imposteur.
  •  Examiner également les photos de l’utilisateur. S’il n’y a que des photos de selfies, des photos avec une seule personne, ça devrait attirer votre attention.
  •  Suggérer de faire un appel et regarder la réaction de l’interlocuteur. S’il y a des excuses, vous avez probablement un cyber harceleur ou un catfisher en face de vous.

 Evitez les messages avec check-in de localisation sur les médias sociaux

Si vous ajoutez des check-in de localisation sur vos messages Facebook ou Instagram, vous facilitez le repérage des cyber harceleur.

Lorsqu’ils sont combinés, ces messages permettent d’indiquer assez précisément vos comportements et vos emplacements habituels.

Utilisation de Google Maps view Street pour une visite virtuelle

Si un cyber harceleur connaît l’adresse de sa victime, il suffit d’ouvrir Google Maps et d’y entrer cette adresse.

En utilisant Street View, le cyber harceleur peut savoir exactement à quoi ressemble la maison sans pour autant y entrer, ni même dans le voisinage.

Il peut ainsi connaître le lieu de vie de sa victime sans même attirer l’attention. Faire des recherches sur l’environnement, les maisons à côtés, la présence de caméras, les allées, etc.

 Le détournement de la webcam

Il s’agit sans aucun doute d’une des techniques les plus effrayantes utilisées par les cyber harceleurs pour envahir la vie privée de ses victimes.

Généralement il s’agit d’installer un programme anodin, apparemment sans danger mais qui en fait permet de prendre le contrôle de votre webcam. Le cyber harceleur commence alors à vous observer sans même que vous vous en rendiez compte !

Utiliser les geotags de vos photos

Les geotags sont des informations généralement contenues dans les photos que vous prenez. Ces informations révèlent l'emplacement et le moment où la photo a été prise.

Les geotags sont au format EXIF. Ils s’intègrent dans les fichiers images. Et ils peuvent s’extraire grâce à des applications spéciales. Le cyberharceleur peut alors s’en servir pour connaître vos allées et venues…

Unrecognizable girl, sitting in a dark, playing with laptop. Child at home, sitting on sofa.

Comment se protéger des cyber harceleurs ?

1. La première chose à faire consiste sans aucun doute à regarder vos paramètres de confidentialité sur les différents réseaux sociaux. Etant donné qu’il s’agit des endroits où les cyber harceleurs peuvent facilement vous espionner, vérifiez que votre profil ou vos informations ne sont pas publiques. Si c’est possible, ajustez vos paramètres afin que seules les personnes présentent sur la liste de vos amis soient en mesure de voir vos photos, vos images, etc.

2. Vous avez l’habitude, l’envie d’étiqueter l’endroit où vous êtes : évitez ! Vous pouvez même désactiver la géolocalisation. Ainsi aucune donné de géolocalisation ne s’ajoutera à votre fichier.

3. Les événements Facebook sont excellents pour planifier les évènements, mais aussi les pires pour vous suivre ! Lorsqu’ils apparaissent, ils permettent bien évidemment à votre harceleur de savoir où vous êtes et ce que vous faites !

4. Les plus jeunes n’ont pas forcément conscience d’être ainsi exposés. Reprenez les choses en main d’autant plus que pour eux, il est souvent difficile de parler lorsqu’ils sont victimes de cyberharcèlement. Les conséquences de ce silence, peuvent être dramatiques ! Installez un logiciel espion comme Mspy, Flexispy ou Highster Mobile sur le téléphone de votre enfant afin de surveiller sa vie sur le web. Grâce à un logiciel espion vous serez en mesure de le protéger et de prendre les mesures qui s’imposent !

5. Utilisez des mots de passe forts et uniques pour tous vos comptes en ligne. Si possible, activez également le double facteur d’authentification (2FA). Vous obtiendrez une couche de sécurité supplémentaire.

6. Les cyber harceleurs sont également friands des bornes wifi. Par conséquent, n’utilisez jamais ces réseaux sans protection.

7. Vérifiez votre « googlevisibility », autrement dit regardez quelles informations apparaissent sur vous lorsque vous tapez votre nom dans Google. Essayez de supprimer quelques unes de ces informations.

8. Enfin, très important, si vous êtes victime d’un cyber harceleur, accumulez des preuves. Prenez des captures d’écran, enregistrez les messages, etc. là encore, un logiciel espion comme Mspy, Flexispy ou Highster Mobile peut s’avérer très utile.